Vous êtes ici : Accueil > Services > Service Immunologie des Infections Virales et des Maladies Auto-immunes (IMVA)

Service Immunologie des Infections Virales et des Maladies Auto-immunes (IMVA)

​​​

Publié le 7 juin 2016
​​​​​​Le service ​immunologie des infections virales et des maladies auto-immunes (U1184)/IDMIT, est une unité de recherche commune entre le CEA/DRF/iMETI, l’Université Paris Sud et l’Inserm.​​​

Il est co-implanté sur les sites du CEA de Fontenay-aux-Roses (FAR) et de l'hôpital Bicêtre (Kremlin-Bicêtre).
IMVA est la structure de recherche qui coordonne l’Infrastructure Nationale IDMIT et qui y contribue par l’activité de ses plateformes technologiques.​ 
Logo IMVA.png
​​​​Le Grand.png 



Roger LE GRAND​
​​Directeur du Département


Secrétariat :
Martine DESMOULINS-VILLOT
Tel : +33 (0)1 46 54  87 57


Les programmes de recherche du service concernent les interactions hôte/pathogènes infectieux (virus, bactéries, parasites…). Historiquement, nos activités portaient sur l'étude de l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Cependant, depuis 2006, nous avons progressivement étendu nos programmes de recherche à d'autres virus humains et/ou maladies émergentes, telles que le Chikungunya, la grippe, la fièvre jaune, la dengue, ou encore le virus Zika. Nos équipes ont plus de 15 années d'expérience en matière de développement de modèles d’infection impliquant des primates non-Humains (PNHs). Cette expertise permet de réaliser des études précliniques visant à tester/valider l’efficacité et l’innocuité de nouveaux moyens prophylactiques (vaccins), thérapeutiques (anticorps…), ou protecteurs (microbicides…), contre les maladies infectieuses qui affectent l’Homme. En outre, la présence d'équipes de recherche sur le campus de l'hôpital de Bicêtre (voir ci-dessous), permet l'accès à des échantillons cliniques humains, une situation favorable pour accélérer le transfert des vaccins ou des stratégies thérapeutiques innovantes en la phase clinique.
05_LN_D29_DNA.jpg
Coupe transversale d’un ganglion axillaire drainant le site d’injection d’un vaccin ADN dans la peau, administré 8 jours plus tôt. Les lymphocytes B (en jaune) marqués avec un anticorps anti-CD20 sont localisés dans les follicules à la périphérie du ganglion. Les cellules dendritiques CD1a+ (en rouge) sont abondantes et localisées dans les zones T du ganglion. Les macrophages activés exprimant CD163 (en vert) sont localisés dans le sinus médullaire du ganglion.​

Le Service IMVA, regroupe les quatre laboratoires de recherche suivant :

  • Le laboratoire « Immunité et transmission », ou LIT, dirigé par le Dr. Roger Le Grand (CEA-Fontenay-aux-Roses).
  • Le laboratoire de « Contrôle des infections virales », ou LCV, dirigé par le Pr. Olivier Lambotte (APHP-PSUD, Campus de l’Hôpital de Bicêtre), 
  • Le laboratoire « Maladies auto-immunes », ou LMA, dirigé par le Pr. Xavier Mariette (APHP-PSUD, Campus de l’Hôpital de Bicêtre), 
  • Le laboratoire « Mémoire immunitaire normale et pathologique », ou LMNP, que dirige le Dr. Yassine Taoufik (APHP-PSUD, Campus de l’Hôpital de Bicêtre).

IDMIT-Logo 2.pngEn 2012, nous avons également bénéficié d’un financement du PIA (Plan d’Investissement d’Avenir/Grand Emprunt) pour la création de l'infrastructure nationale IDMIT pour « Modélisation des maladies infectieuses et thérapies innovantes ».

​Cette infrastructure bénéficie de l'expertise et des connaissances de ses fondateurs mondialement reconnus : CEA, Institut Pasteur, Université Paris-Sud, INSERM, ANRS et Bertin Pharma.​

Les partenaires, tous leaders internationaux dans le domaine des interactions hôte/pathogène, fournissent des expertises complémentaires qui se traduisent par une entité préclinique, unique en Europe. IDMIT permet de développer des modèles primates des maladies infectieuses Humaines, modèles animaux indispensables pour étudier les caractéristiques physio-pathologiques de ces maladies et également pour suivre/tester/évaluer l’efficacité prophylactique et/ou thérapeutique de nouveaux vaccins ou de candidats-médicaments.

L'objectif principal d​'IDMIT est de proposer à la communauté scientifique nationale et internationale une infrastructure technologique hautement concurrentielle pour la recherche préclinique, facilitant la découverte de marqueurs de l'innocuité, permettant de tester l'efficacité de nouveaux vaccins et traitements, et accélérant le transfert de ces avancées vers une pratique clinique. IDMIT a été inauguré en mai 2013 ; et en 2017 les différentes activités et installations seront toutes réunies au sein d’un seul bâtiment sur le campus du CEA de Fontenay-aux-Roses.

Les objectifs d’IDMIT sont de contribuer à : 

  • Mieux comprendre la complexité des relations hôte/pathogène,
  • Exploiter les connaissances acquises pour favoriser le développement de nouveaux médicaments, de stratégies thérapeutiques innovantes et ainsi contribuer au développement des nouvelles générations de vaccins, 
  • Améliorer les vaccins ou traitements préexistants, 
  • Valider et/ou tester l'efficacité de nouveaux médicaments thérapeutiques, ou de candidats-vaccins,​
  • Accélérer et favoriser le passage vers les essais cliniques, 
  • Assurer les développements technologiques pour maintenir une recherche de pointe.
IDMIT-2.png
Des technologies très innovantes, comme la cytométrie en flux couplée à la spectrométrie de masse (CyTof) et l’imagerie in vivo (imagerie optique, IRM, TEP-CT) de l'hôte et des agents pathogènes, sont développées.
Ce pôle technologique repose à la fois, sur l'expertise des membres fondateurs d’IDMIT en matière de modèles de maladies infectieuses, sur les installations existantes présentes sur le site, et sur le savoir-faire du Molecular Imaging Research Centre (MIRCen, CEA-FAR).
De manière particulièrement originale, et unique en Europe, IDMIT développe un ensemble innovant et opérationnel d’équipements et de technologies, permettant de procéder aux suivis des infections et de l’efficacité prophylactique ou thérapeutique des vaccins ou médicaments, par imagerie in vivo (fluorescence, TEP et IRM) dans des conditions de confinement de niveaux 2 et 3.

IDMIT​ ​favorise également les programmes de recherche pour le développement de nouveaux modèles d'infection humaine et développe des programmes sur la normalisation et l’harmonisation des tests, sur le développement des méthodes non invasives et sur la modélisation in silico.


CEA.pngINSERM-2.pngInstitut Pasteur.pngParis Sud.pngANRS.pngbertin-pharma.png